Encore un flop.

chat_honteux

Dans un contexte de fin d'année scolaire surchargée (1 bac, 1 brevet, bal des 3e, bal du lycée, divers spectacles, et puis de toutes façons, c'est toujours hyper-complet en juin), me voilà à fêter les trois anniversaires-avec-les-copains de mes enfants. Pas du tout nés en cette période, mais profiter de la piscine, c'est quand-même sympa. Nous avons donc fêté vendredi, les 18 ans de mon grand, et dimanche, les 15 du Poulpino le matin et les 12 de la Belette l'après-midi. Chargé, quoi. Je m'étais quand-même réservé le samedi pour récupérer/préparer un minimum, et me voilà donc à préparer d'un coup 2 gâteaux d'anniversaire. En une même fournée. Là, si vous vous souvenez de mes particularités culinaires et des rapports spéciaux que j'entretiens avec la cuisson, vous commencez peut-être à sentir venir le coup. Ou pas. Bref, mes gâteaux étaient pour ainsi dire cuits, mais il y manquait peut-être une chouille. Alors, quand j'ai voulu fourrer l'un des deux avec de la confiture, la moitié supérieure n'a pas résisté à la manipulation et m'a littéralement explosé dans les mains. J'ai donc replacé les gros morceaux sur le dessus, bourré les petits dans les interstices, et comme vraiment, ça avait l'air d'un champ de mines, j'ai camouflé le tout sous de la confiture. J'ai ensuite décoré comme si de rien n'était avec des bonbons, un petit parasol, et les bougies. Bien que ma fille ait répété à toutes ses copines (toutes) que non, le gâteau n'était pas raté mais que c'était de l'art moderne, j'étais relativement fière de mon opération camouflage.

A ce stade du récit, je conseille aux âmes sensibles de s'abstenir et à Mamandetribu de poser sa glace à l'eau.

Tout allait donc à peu près bien. J'allume les bougies, m'approche de la terrasse, et là, vrouf, un léger coup de vent met le feu au petit parasol. Mes deux mains étant prises par le gâteau, évidemment, j'ai soufflé pour éteindre le petit parasol. Dans le feu du moment - si j'ose dire - je n'ai même pas pensé à enlever ce foutu parasol du gâteau et l'ai apporté tel quel sur la terrasse. Sous l'oeil assez surpris de ma fille et de ses invitées. "Ca a cramé", a-t-elle constaté en fixant d'un oeil critique son parasol dont il ne restait que la pique et les baleines.

Mais non, ma chérie, c'est de l'art moderne.

Et non, vous n'aurez pas de photo.