<$CBTagMedias$>
16 mai 2018

C'est pas gagné

Voilà-voilà. Encore un constat d'un flop monumental.

Je vous ai dit que je monte une association qui prône l'aspect pratique d'un mode de vie bio. Je l'espère opérationnelle pour septembre. Dans ce cadre, j'imagine proposer des ateliers de fabrication de produits faits-maison. Connaissant mon Murphy adoré, j'ai prévu de m'entraîner, histoire de le convaincre de me lâcher la basque le jour J. Je vous entends déjà rigoler. Et vous avez raison.

J'ai prévu une rencontre par mois avec les membres de l'association. Ces rencontres seront en rapport avec le calendrier, en particulier, je pense faire un atelier fabrication (simple) de bonbons bio et de maquillage bio lors d'une séance au mois d'octobre. Hier, j'ai donc déployé l'attirail nécessaire à la fabrication de bonbons ET de colorants bio. Oui, parce que je suis aller chercher loin j'ai tenté de fabriquer aussi mes colorants, utilisables dans les bonbons comme pour le maquillage, d'ailleurs. Mes lectures sur le net (source inépuisable des mes ratages successifs) m'ont amenée à utiliser du curcuma (très jaune), de l'ortie (vert), de la myrtille (violet), de la framboise (rose), du cacao (marron), du paprika (rouge en théorie), et emportée par mon élan, j'ai aussi essayé le curry (couleur indéfinissable).

Pour les bonbons, la recette consiste grossièrement à faire bouillir un jus de fruit ou de la limonade avec du sucre et de l'agar-agar. On coule dans des moules et on met au frais plusieurs heures. Puis on "déguste".

C'était DEGUEU !!! IMMONDE !!! IGNOBLE (me souffle la Belette - merci Belette) !!!

Tout le monde ayant recraché son échantillon, les garçons se sont précipités sur l'ordi pour trouver une photo de chat en train de vomir pour illustrer ce message (merci les garçons...). Tenant à ce que ce blog conserve un semblant de dignité, je vous fais grâce de leurs trouvailles. Mais celle-ci illustre bien notre réaction.

chat-vomit

 

Quant au maquillage (colorant + farine + eau), le résultat est mitigé selon les colorants. Le cacao et le curcuma : impec. Les fruits rouges, bien aussi à condition de trouver la texture en dosant correctement la quantité d'eau. L'ortie : le vert est plutôt caca d'oie, pas terrible. Le curry : eurk. Et de façon générale :

- en séchant, ça tire la peau et le maquillage craquèle (heureusement, la peau reste intacte !). Peut-être faudrait-il d'abord mettre de l'huile ou de la crème hydratante avant d'appliquer le maquillage. Je testerai la prochaine fois (mais je suis pas pressée).

- le rose (framboise) et le jaune (curcuma) sont plus difficiles à enlever à l'eau. Il faut appliquer de l'huile (d'amande douce dans mon cas).

maquillage_bio1

maquillage_bio5

 Voilà, si vous avez des conseils, surtout n'hésitez pas. Ca pourra difficilement être pire.

Posté par Adamsfamily à 13:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21 mars 2018

Murphy a parfois bon dos

Il semblerait que je n'aie pas besoin de Murphy pour me mettre toute seule dans la panade. Ou bien que je sois moi-même Murphy, ce qui répondrait peut-être à mes questions existentielles. Non, écartons cette pénible possibilité.

dauphin2dauphin1

Les dauphins dans leur nouvel environnement

Ayant reçu ces deux (DEUX !) superbes dauphinous cousus par ma cop Reyhaziel souffrant de son dos à l'agonie, j'ai répliqué par un colis contenant certaines de mes fabrications maison. Enfin, il m'a quand-même fallu me gratter la tête, histoire qu'elle ne me radie pas de ses copinautes suite à un colis de financiers ratés. J'ai donc prudemment contourné l'écueil "financiers" en groupant dans mon colis, un pot de romarin et un pot de verveine maison bio (cuisine zéro) et un pot de babas au cointreau présentable. Jusque là, tout va bien, me direz-vous.

Mais c'est sans compter la part Murphiesque de ma personnalité, qui prise d'une impatience légendaire accompagnée d'un surprenant accès de confiance en soi, n'a pas attendu la confirmation de l'adresse de ma copine, mais a expédié mon colis à une vague adresse retrouvée de mémoire et avec les pages jaunes ... dans une mauvaise localité. Une fois la l'adresse de Reyhaziel reçue, qui confirmait que je m'étais effectivement PLANTEE, je me suis dit qu'il y aurait un Monsieur qui serait probablement fort surpris de recevoir un colis de trucs faits maison.

J'ai aussitôt renvoyé un deuxième colis, quasi-identique au premier, en me traitant traitant Murphy de tous les noms. Que Reyhaziel a reçu après que le gentil Monsieur lui a rapporté le premier.

Bilan des courses :

- Reyhaziel a eu deux colis (hé-hé!),

- la gentillesse existe encore,

- Murphy a encore de beaux jours devant lui. Pitié, dites-moi que Murphy sévit chez vous aussi!

 

chat_desole

Hein, dites ?

 

Posté par Adamsfamily à 20:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 février 2018

Le grand écart du financier

Pour votre plus grand régal, des yeux en tout cas, mon Murphy culinaire a encore frappé. Ce traître.

Il faut croire que lorsque je tente une nouveauté, il rapplique et se cache à tous les coins de la recette où il est susceptible de sévir, sa planque préférée restant le four. Encore une cuisson foirée.

Voilà en effet à quoi auraient dû ressembler mes financiers, selon le livre de recettes en tout cas. Celui du cooking chef, vous savez, le robot qui fait des patisseries inratables ...

financiers1

Bon, alors, autant sur le dessus, mes financiers étaient presque présentables - au regard de mes critères persos, hein, je conçois que vous n'ayiez pas les mêmes -,

financiers2

autant vu du dessous ...

financiers3

financiers4

J'étais loin de me douter que mes financiers seraient atteints de renfrognite aigüe au sortir du four. On dirait moi au réveil.

Alors, je suis d'accord, le côté flop est indéniable. Mais mais mais, je tiens à dire que du côté top, ils avaient un super bon goût, probablement grâce à la tablette ENTIERE de beurre qu'ils contenaient. Désolée de ne pas pouvoir vous faire partager ce point positif.

Posté par Adamsfamily à 13:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 janvier 2018

Appelez-moi Pierre Richard

maladroite

Je suppose que chez vous, c'est pareil, il y a des périodes noires. En ce moment, ma maladresse pourrait remporter l'oscar de l'accumulation répétitive aggravationnelle (pourquoi pas ?). Ou gravitationnelle, ça marcherait aussi.

Le matin, un coup de pouce - c'est le cas de le dire - et hop, inondation de café sur la table du p'tit déj, avec baignade de tartines et de paquet de céréales, et glissades jusqu'au sol le long de la toile cirée. Ploc. Ploc.

Le soir, échec de ma fabrication de lessive pour la première fois, grâce probablement à Murphy qui m'a fait ajouter un verre de vinaigre en trop. Ce verre, pourtant d'apparence innocente, a fait bouillonner l'ensemble sous mes yeux ébahis - et légèrement exorbités - , et déborder la casserole, jusqu'à ce que j'aie la présence d'esprit de transférer la casserole dans l'évier, non sans inonder au passage la plaque, le sol, mes pieds, et ceux des spectateurs accourus au son de ma mélodieuse voix de charretier. Il s'est avéré que le mélange était non seulement visqueux mais aussi collant, et surtout, GRAS. TRES GRAS. Et que même l'eau très chaude n'y pouvait que pouic.

Le même soir, un peu échaudée par mon karma déclinant, j'ai fait vachement gaffe en me préparant un mélange d'huile d'argan avec quelques gouttes d'huile essentielle de gaulthérie - pour mon arthrose précoce, j'adore vieillir. J'ai soigneusement refermé les deux flacons. J'ai ensuite transporté ma petite tasse d'huile au salon, en prenant garde à tous les pièges largués çà et là par mes enfants si ordonnés, et je me suis installé, en suivant mon rituel de petite vieille : assise dans le canapé, pieds surélevés, et plaid tout doux. J'oins (je ouin ? Juin ?) mes mains reconnaissantes et dépose très précautionneusement ma tasse sur l'accoudoir, ne souhaitant pas me relever et réitérer mon rituel agréable certes, mais d'une certaine longueur.

Vous l'avez senti venir, vous ?

Le chat ?

 

 

Il faut que je refasse de la lessive.

Souhaitez-moi bonne chance.

Posté par Adamsfamily à 12:17 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 novembre 2017

Mes premières orangettes

Une idée trouvée sur un blog... oubliée depuis ... retrouvée ailleurs, à nouveau enterrée. Mais c'est bientôt Noël, j'y repense. Je cherche des recettes, certaines ne me plaisent pas, mais d'autres m'ont l'air tout à fait abordables, l'Homme achète des oranges bio, elles m'attendent dans la cuisine, le chocolat du placard me fait de l'oeil, soudain, je n'y tiens plus, je CRAQUE ! Ma journée de congé posée (pas uniquement pour ça, mais on va dire que), je me lance, non sans avoir préalablement marmonné incantations et brûlé de l'encens pour éloigner mon Murphy culinaire aussi tenace qu'un morpion accroché à son poil (ma distinction n'a d'égale que ma poésie).

 

Mes orangettes, donc.

- 6 oranges,

- 1 litre d'eau,

- 500 g de sucre,

- 300 g de chocolat noir (200 g seulement pour moi, je n'ai pas tout "chocolaté").

Le mardi soir, j'ai d'abord préparé mes orangettes : découpé la peau des oranges en fines lamelles (si on les veut très longues on les découpe dans le sens "équatorial" de l'orange) et aussi des tranches d'environ 1/2 cm d'épaisseur. Pour leur enlever leur amertume (ça marche, Murphy n'était pas revenu !), il faut faire bouillir de l'eau, ébouillanter les oranges pendant 2 minutes, et recommencer encore deux fois en changeant l'eau. Ensuite, vous faites un sirop avec l'eau et le sucre, et quand ça bout, vous mettez les oranges et réduisez le feu. Il faut que ça bout-boue?-bouille "paresseusement" pendant 2 heures. Presque sans bulles donc. Une fois que vous avez mangé, couché les enfants, regardé votre série préférée, vous égouttez les oranges confites, maintenant dignes de ce nom, sur une grille. Gardez le sirop c'est très bon... en sirop. Ensuite, allez vous coucher, vous l'avez bien mérité.

Le lendemain matin, j'ai donc pu faire une grasse matinée - privilège de parents d'ados autonomes - puisque j'étais en congé. Je me suis ensuite attelée au tempérage du chocolat.

Aarrch, ça y est, un gros mot a été lâché. Le tempérage du chocolat. Ca aussi, c'était une première pour moi.  Pour ceux qui ne le savent pas, tempérer du chocolat, c'est d'abord le chauffer jusqu'à 50-55°C, le refroidir jusqu'à 27-28°C et le réchauffer jusqu'à 31-32°C où il doit rester tant que tu en as besoin. Le but est qu'une fois refroidi, il reste bien brillant comme chez les pâtissiers. Pour le chocolat au lait et le chocolat blanc, le principe est le même mais les températures sont différentes. Murphy a commencé à repointer le bout de son nez au deuxième chauffage, où mon chocolat est allègrement remonté jusqu'à 38°C. J'ai donc frénétiquement remué avec la cuillère, avec le thermomètre, posé ma casserole sur des glaçons, récupéré le p.. de thermomètre équilibré de façon à faire un triple salto arrière dès qu'on le lâche, re-remué ... Bon, bref, ça ou le fait de ne pas avoir utilisé du chocolat de couverture, mais il n'était pas brillant, mon chocolat (niark, niark, c'est le moins qu'on puisse dire)(tais-toi Murphy). Bref, j'ai donc trempé mes bouts de zestes et d'oranges dans le chocolat, et les ai laissé sécher sur la grille, comme préconisé dans la recette. DANS LA RECETTE, QUOI ! A croire que ceux qui rédigent des recettes ne les ont pas essayées ou alors sont relus et corrigés par Murphy en personne ! Qui a déjà laissé du chocolat  prendre sur une grille (à part moi)(tais-toi Murphy) ? Pour pouvoir décoller mes orangettes, accrochées à leur grille comme ... (un morpion ...)(on sait), j'ai dû retourner la grille et faire tomber les orangettes en pressant avec le pouce et en brisant le chocolat accroché, un peu comme on démoule des glaçons.

Ca n'a pas amélioré leur aspect.

Ni celui de ma cuisine.

 

 

 

orangettes1

 

orangettes2

 

orangettes3

 

orangettes4

Le sirop

 

orangettes5

Le carnage

 

orangettes6

Le sirop, mon bocal d'orange confites, et mes orangettes

Les enseignements :

- pas de tempérage la prochaine fois (c'est pas possible de s'emm.. comme ça juste pour que le chocolat, il soit brillant). J'aime bien les orangettes mates. Voilà.

- utiliser du chocolat de couverture, c'est peut-être pour ça qu'il n'était pas super-super solide en refroidissant (oui, en plus). Du coup, elles croquaient pas mes orangettes. M'enfin, c'était quand-même pas mauvais, y'en a déjà plus.

 

 

Posté par Adamsfamily à 18:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,